Vous êtes ici : Les dossiers d'Economie Magazine > Commerce > Quel bilan tirer du French Days, le Black Friday à la française ?

Quel bilan tirer du French Days, le Black Friday à la française ?

Le French Days, opération commerciale française initiée par des grands sites de e-commerce marchands à l’image du Black Friday, n’en est qu’à ses débuts puisqu’il a été créé il y a un an seulement. Il n’a pas encore occasionné le même engouement que son cousin né aux États-Unis, mais en tant qu’événement promotionnel récent, tout est permis en matière de développement.

Quel bilan tirer du French Days, le Black Friday à la française ?

Qu’est-ce que le French Days ?

Le French Days est une opération commerciale française de promotions offertes pendant 4 jours (jusqu’à des rabais de 50 %, voire plus), une fois au printemps et une fois à l’automne, inspirée du Black Friday. Ce dernier, initié aux États-Unis, a lieu tous les ans un vendredi de la fin du mois de novembre et permet de profiter de réductions dans de nombreuses boutiques sur Internet et dans les magasins. À la différence du Black Friday, le French Days se déroule pendant plusieurs jours.

La première édition du French Days a eu lieu en France en 2018, du 27 avril au 1er mai, à l’initiative de 6 grands sites marchands de e-commerce français (Boulanger, Cdiscount, Fnac-Darty, La Redoute, Rueducommerce et Showroomprivé). Cette opération a été renouvelée une fois à l’automne 2018 et au printemps 2019.

Des rabais sur des équipements électro-ménagers, high-tech, de plein air ou encore d’habillement sont ainsi proposés juste avant les soldes traditionnels d’été qui débutent à la fin du mois de juin. Le French Days est ainsi un moyen de booster les ventes un moment où les consommateurs sont en attente des promotions de début d’été. Pour le French Days d’automne, l’objectif est plutôt de proposer des promotions aux consommateurs à l’occasion de la rentrée, période où les dépenses contraintes sont importantes.

Pour les enseignes à l’origine du French Days, cette opération est aussi l’occasion de faire venir les consommateurs et les familiariser avec l’achat en ligne, les Français étant encore assez craintifs dans ce domaine.

Les Français ont-ils plébiscité le French Days ?

Pour sa première édition en 2018, le French Days a permis une légère augmentation (de l’ordre de + 20 %) de la fréquentation des sites e-commerce à l’initiative de cette journée de soldes, par rapport à la fréquentation normale à ces périodes de l’année. Cependant, rien à voir avec le trafic très en hausse occasionné par le Black Friday (au-dessus de + 100 %).

Cela s’explique notamment par le fait que le French Days n’en est qu’à sa deuxième édition et qu’il n’est pas encore assez connu pour devenir un événement promotionnel d’ampleur. Cette opération de promotions à la française sur les sites de e-commerce notamment n’en est qu’à ses débuts. D’ailleurs, l’édition 2019 du French Days, qui a eu lieu du 26 avril au 1 er mai, semble avoir rencontré déjà un accueil plus favorable qu’en 2018.

Le nombre faible d’enseignes participantes au French Days explique aussi certainement le manque d’enthousiasme des consommateurs pour ces jours de promotions. D’ailleurs, c’est sans doute pourquoi des boutiques en dehors du e-commerce se sont associées au French Days pour sa deuxième édition à l’automne 2018. Davantage de commerçants participants au French Days pourraient ainsi faire décoller cette toute récente opération de rabais.

Tout comme le Black Friday, le French Days est l’occasion pour les internautes d’acheter en particulier des produits high-tech et des téléviseurs dernière génération à des prix plus intéressants que la normale. Toutefois, quels que soient les produits proposés, les rabais constatés pour le French Days restent encore trop frileux pour pouvoir attirer un maximum de consommateurs.

Enfin, la communication autour du French Days est encore trop timide pour assurer une réelle frénésie pour cette opération et être un événement incontournable comme le Black Friday.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager ce dossier sur les réseaux sociaux

Continuez votre lecture ...