Vous êtes ici : Les dossiers d'Economie Magazine > Finance > Comment bien gérer ses crédits pour ne pas se mettre en difficulté ?

Comment bien gérer ses crédits pour ne pas se mettre en difficulté ?

Comment bien gérer ses crédits pour ne pas se mettre en difficulté ?

En raison de revenus modestes, de manque d’économies ou d’épargne, de très nombreuses personnes ont recours à des crédits pour pouvoir financer une partie de leurs achats. Du crédit immobilier au crédit à la consommation, difficile d’échapper à ces mannes d’argent qui facilitent la vie au quotidien. Leur nombre et le montant des sommes empruntées peuvent toutefois dans certains cas mener à des difficultés financières, voire à l’endettement. Comment gérer ses crédits pour ne pas tomber dans une situation difficile financièrement ?

Bien connaître les caractéristiques de ses crédits

Qu’ils soient immobiliers ou à la consommation, pour pouvoir gérer le mieux possible ses crédits et ne pas s’enfoncer dans des difficultés financières dues à leur remboursement, il est important de bien connaître leurs caractéristiques et de tous les lister en mentionnant pour chacun le taux d’intérêt appliqué, la mensualité due et la durée du crédit. Vous obtenez ainsi l’échéancier et les montants précis que vous avez à rembourser régulièrement.

De cette manière, vous pouvez avoir une vue d’ensemble de toutes les sommes dues pour vos crédits et à payer tous les mois ou tous les trimestres par exemple, pour pouvoir les anticiper et ne pas voir leurs prélèvements rejetés. Cette visibilité permet également d’évaluer ce que l’on appelle le taux d’effort. Ce dernier indique en pourcentage la part de votre budget consacrée au remboursement de vos emprunts, de vos crédits et de vos dettes par rapport à vos ressources. Normalement, ce taux d’effort ne doit pas dépasser 30 %. Un organisme de crédit ou une banque n’est d’ailleurs pas censé vous accorder un nouveau crédit lorsque que votre taux d’effort dépasse ce pourcentage.

En cas de difficultés financières, il est impératif de faire face à certaines dépenses comme le loyer, le remboursement d’un prêt immobilier, ou encore une éventuelle pension alimentaire. Si vous êtes dans l’incapacité de rembourser votre crédit, la première des choses à faire est de contacter votre organisme prêteur ou votre banquier. Ensuite, il est tout aussi important d’essayer, dans la mesure du possible, de rembourser, même partiellement, une mensualité de votre crédit. Vous montrez ainsi que, même en connaissant des problèmes financiers à un moment donné, vous faites l’effort de diminuer votre dette.

Vérifiez également que vous bénéficiez bien d’une assurance emprunteur souscrite par l’intermédiaire de votre organisme, ou auprès de l’assureur de votre choix, lors de la souscription de votre crédit. Cette assurance a bien sûr un coût, mais elle vous garantit sous certaines conditions le remboursement de vos mensualités en cas d’incident de paiement.

Renégocier ses crédits

Pour faire face à ses crédits et limiter leur incidence sur votre budget, vous pouvez tenter de renégocier auprès de votre organisme prêteur leurs conditions en termes de taux d’intérêt, de montant de mensualité ou encore de durée, dans le but d’alléger leur charge financière. Renégocier un crédit n’est pas systématique. Cette opération dépend en effet du bon vouloir du prêteur.

En cas d’accord, l’organisme de crédit remplace votre (ou vos) crédit en cours par un autre dont vous aurez négocié soit le taux d’intérêt, soit la durée, dans l’optique de soit faire baisser vos mensualités, ou soit de les augmenter pour finir de les rembourser plus tôt.

Regrouper tous ses crédits

Si vous devez rembourser plusieurs crédits, à la consommation, privé ou immobilier par exemple, et qu’ils représentent une part importante de vos ressources, vous avez la possibilité de tous les regrouper en un seul et unique crédit. On parle alors d’un rachat de crédits. Celui-ci est effectué par un établissement de crédit distinct de ceux où les crédits d’origine ont été souscrits.

Ce rachat de crédits peut, selon vos souhaits et les propositions de l’organisme, avoir pour conséquence de faire baisser vos mensualités en contrepartie d’une durée de remboursement plus longue. Attention, car dans ce cas, le coût global du rachat de crédits (montant de la mensualité multipliée par le nombre de mois du crédit, auquel vous déduisez le montant du capital prêté) sera forcément plus élevé. Le rachat de crédits peut aussi être l’occasion de faire baisser le taux d’intérêt.

Conformément à la loi sur le crédit à la consommation, ces deux pratiques doivent être notifiées clairement par l’organisme de crédit dans un document qui comporte aussi un tableau récapitulatif comparant les modalités des crédits que vous avez en cours et les modifications du taux ou de durée qu’implique leur rachat.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager ce dossier sur les réseaux sociaux

Continuez votre lecture ...