Vous êtes ici : Les dossiers d'Economie Magazine > Finance > Assurance vie : comment mieux l’utiliser ?

Assurance vie : comment mieux l’utiliser ?

Le marché de l’assurance vie subit depuis quelques années des réformes techniques qui modifient sensiblement ses habitudes. Eclairage sur son emploi et ses critères de sélection.

Assurance vie : comment mieux l’utiliser ?

Fixez vos objectifs

Ils seront différents selon les périodes de la vie et les charges de famille.

Le début de la vie professionnelle est marqué par des besoins de prévoyance : couvrir les risques de décès ou d’invalidité prématurés et protéger ses proches.

Il faut alors opter pour des assurances-décès professionnelles et personnelles. Et commencer simultanément à ouvrir un contrat d’épargne.

Au plein des années d’activité correspond la phase d’épargne, d’abord en vue de la retraite, puis pour des raisons patrimoniales. Les contrats recommandés sont les deux grandes formes d’assurance-vie, à utiliser simultanément : contrats en euros et contrats multisupports.

A partir des années de retraite, il faut sécuriser les épargnes acquises et penser à leur future transmission. Plus on avance en âge et plus il est recommandé d’augmenter la proportion des contrats en euros, les prises de risque n’étant plus d’actualité. La fiscalité des transmissions est particulièrement favorable à l’assurance-vie, qui doit rester l’outil privilégié en ce domaine, entre époux, vis-à-vis des enfants ou des petits-enfants, et même vis-à-vis des tiers ou des héritiers lointains.

Comparez les frais et les rendements

La plupart des revues de consommateurs analysent les contrats les plus connus.

Quelques conseils complémentaires :

  • Choisissez des assureurs réputés et bien implantés en France.
  • Préférez des contrats de conception récente, moins coûteux et mieux adaptés à la fiscalité actuelle de l’assurance-vie.
  • Informez-vous sur les frais : plus ils sont élevés, plus ils pèsent sur les rendements. Les frais sur versements doivent être compris entre O et 4 %; ceux de gestion, inférieurs à 1 % par an. Les frais d’arbitrage (changement de support boursier), parfois gratuits, ne doivent pas dépasser 1 %.
  • Ne vous laissez pas abuser par les rendements annoncés : ils doivent être dans la moyenne générale du marché obligations pour les contrats en euros, et du marché actions pour les contrats multisupports. Sachez décrypter les rendements annoncés sur plusieurs années.
  • Préférez les montages simples : assurance-décès d’un côté, assurance-épargne de l’autre ; contrats en euros d’un côté, multisupports de l’autre.

Certains contrats permettent de cumuler les avantages financiers des produits bancaires et les avantages fiscaux des produits d’assurance. Exemples : choisissez un PEA assurance (Plan d’épargne en actions) plutôt qu’un PEA bancaire, conservez votre PEP assurance (Plan d’épargne populaire) si vous en avez un, et préférez un contrat multisupports plutôt qu’une simple épargne boursière.

Attention aux clauses bénéficiaires !

Le ou les bénéficiaires que vous désignez en cas de décès doivent être clairement déterminés. Identifiez-les au maximum, prévoyez un ou plusieurs bénéficiaires à défaut du premier, terminez par une clause générale “à défaut les ayants droit de l’assuré”.

Un bénéficiaire informé de la clause émise en sa faveur, et qui l’accepte, devient irrévocable. Si vous avez un doute, ne le désignez que par une déclaration déposée chez un notaire.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager ce dossier sur l'économie sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : Ljhk9x

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires